Retour sur notre séminaire de jeunes ambassadeurs européens

 

En juin dernier, nous nous étions réunis pour préparer nos recommandations aux Défenseurs européens des enfants qui se sont réunis fin septembre à Helsinki.

La vidéo présentant notre travail pendant ces deux jours est maintenant disponible !

Publicités

Kylianne, jeune ambassadrice à la rencontre des Défenseurs européens des droits des enfants à Helsinki

En 2017, l’ENOC a  organisé, comme chaque année depuis 8 ans, une rencontre entre plusieurs jeunes de différents pays de l’espace européen. Une rencontre qui s’est faite à Paris afin de débattre autour d’une question de société les concernant tout particulièrement : l’éducation à la vie affective et à la sexualité chez les jeunes.

Après une semaine de débat, et de remise en question pour certains jeunes, nous nous sommes tous entendus et avons placé l’espoir de voir aboutir ce projet en 6 jeunes d’entre nous, tous de nationalités différentes, en souhaitant qu’ils puissent nous représenter du mieux possible lors de la rencontre des Défenseurs européens des droits des enfants qui s’est tenue en Finlande.

Moi, Kylianne Boukem, jeune française âgée de 16 ans, eu l’immense chance de faire partie de cette délégation et de pouvoir défendre les pensées des jeunes, principaux concernés dans ce cas-ci.

Lors de cette rencontre, la présence d’adolescents fut un véritable événement. En effet, le fait de pouvoir s’exprimer de vive voix et de montrer à tous ces adultes qui œuvrent pour nos droits à quel point nous nous sentons concernés et voulons être impliqués, a, je pense, eu plus d’impact que de rédiger des recommandations sans pouvoir les expliquer ou les défendre par nous-même.

Nous avions rédigé trois pages de recommandations que nous avions organisées par catégories : responsabilités générales des gouvernements, santé, école (éducation) et médias (communauté, droits numériques). Durant la présentation de nos recommandations, chacun des 10 jeunes en choisit une qui lui tenait particulièrement à cœur et en parla devant tous les Défenseurs. Ensuite, un moment d’échange eut lieu entre les Défenseurs et les jeunes durant lequel, nous jeunes, nous sommes interrogés sur la suite à donner à ce projet, tandis qu’eux, Défenseurs, recherchaient plus de détails sur nos désirs, nos besoins.

Ce projet fut pour moi et pour tous les autres jeunes, que je peux désormais appeler mes amis, une des expériences les plus marquantes de toute notre vie. Elle nous a appris la tolérance, l’acceptation de l’autre, tout un tas de qualités nécessaires pour la vie en société. Avant d’être un projet, ce fut pour moi de magnifiques rencontres humaines et je tiens à remercier tous les Défenseurs des droits des enfants de nous avoir donné la parole ainsi que tous nos coordinateurs/-trices qui nous encadrent et nous maternent de manière tellement adorable. Mon grand souhait aujourd’hui, c’est qu’un jour tous les jeunes puissent acquérir la richesse morale que j’ai eu la chance d’obtenir durant cette magnifique période, qui ne cessera de continuer et de vivre en moi, pour tout mon entourage, et même plus si possible.

Kylianne Boukem

 

 

Séminaire européen de Parlons jeunes à Paris !

Les 29 et 30 juin, nous avons accueilli à Paris le séminaire du réseau européen des Défenseurs des enfants (ENOC) sur le thème de l’éducation affective et à la sexualité. Ce séminaire a regroupé 22 jeunes venus de divers pays et régions de l’Europe (Azerbaïdjan, Belgique, Chypres, Espagne (Catalogne), France, Grèce, Italie, Malte, Pologne, Ecosse et Pays de Galles) ayant tous participé au projet Parlons jeunes dans leur pays!

La France a été représentée par Kylianne et Priscil. Au cours de cette rencontre, on a fait des activité pour faire connaissance puis on a tous fait un retour sur nos propres réalisations et participé à un atelier-théâtre : « La confiance en soi et le respect de son corps ».

Nous avons aussi échangé avec les Défenseurs des enfants présents, comme Geneviève Avenard, Défenseure des enfants de France, mais aussi avec les Défenseurs des enfants de Grèce, de Catalogne, de Finlande ou encore d’Ecosse.

Voici la vidéo du Séminaire :

A l’issue de ce séminaire, on a formulé différentes propositions communes ; propositions qui seront reprises dans la résolution annuelle du réseau ENOC :

Education à la sexualité

  • Informer et éduquer tous les jeunes à la vie affective et à la sexualité et notamment aux questions d’identité et d’orientation sexuelle

Et plus particulièrement :

Santé

  • Cesser les coupes budgétaires et consacrer un plus grand budget au système de santé (notamment via la formation et la mise à disposition d’infirmières dans toutes les écoles) et assurer la gratuité des soins pour tous (incluant la pilule du lendemain)
  • Renforcer les sanctions à l’égard des médecins délivrant des certificats de virginité

Egalité

  • Cesser la stigmatisation sociale envers la virginité
  • Abrogation de la « taxe tampon »
  • Aborder les stéréotypes liés au genre dans chaque domaine et plus spécifiquement en ce qui concerne les loisirs, le sport, les jouets, …
  • Organiser une campagne pour promouvoir l’inclusion et la diversité
  • Respecter l’identité de chacun en mettant en place des toilettes neutres dans les écoles

Ecole

  • Plus de sollicitude envers les personnes LGBT+ (formation des enseignants dans ce domaine)
  • Former les enseignants pour aider les jeunes à construire des relations saines et à identifier les relations malsaines/abusives
  • Introduire dans toutes les écoles une matière non-évaluée, obligatoire et enseignée par des professionnels, qui dispenserait une éducation sociale, personnelle et à la sexualité 
  • Éduquer les enseignants/parents/tuteurs sur les questions actuelles
  • Informer les jeunes sur leurs droits dès l’école primaire
  • Renforcer la participation des jeunes aux décisions les concernant

Droits numériques et médias

  • Eduquer d’avantage les parents et les enfants à une utilisation sécurisée d’internet, informer dès le plus jeune âge à l’école des dangers des réseaux sociaux (lier éducation à la sexualité et éducation aux réseaux sociaux)
  • Elaboration de lois assurant la sécurité en ligne pour tous et particulièrement pour les enfants
  • Les publicités ne devraient pas représenter les personnes de manière négative

 

Nos propositions en matière d’éducation à la sexualité

Voici la liste de nos propositions pour améliorer l’éducation à la vie affective et à la sexualité :

  • Faire des campagnes télévisées sur l’éducation à la sexualité,
  • Appliquer la loi, et organiser l’éducation à la sexualité à l’école dès la maternelle, en adaptant l’éducation à la sexualité en fonction de l’âge,
  • Sensibiliser les jeunes et adultes à la tolérance sur les différentes sexualités, orientations et identités et déconstruire les stéréotypes pour éviter les discriminations, cette sensibilisation est facilitée par des échanges/rencontres avec des personnes de diverses orientations/identités,
  • Bien informer les parents pour qu’ils puissent plus facilement en parler avec leurs enfants et qu’ils donnent le même message par exemple lors de portes ouvertes à l’école, ou lors de cafés des parents,
  • Former les personnels éducatifs et en particulier les professeurs et les infirmier.ère.s scolaires,
  • Soutenir l’émancipation des femmes par rapport aux hommes
  • Interdire les pratiques telles que la délivrance de certificats de virginité qui peuvent entraîner un viol médical,
  • Travailler sur la question de la violence : hommes/femmes, parents/enfants, entre pairs : ne pas banaliser la violence verbale, faire prendre conscience que l’humiliation n’est pas normale.

Journée de clôture du projet Parlons jeunes en France – derniers débats et propositions !

Samedi 17 juin, retrouvailles dans un centre du Planning familial dans le 10e. Nous avons passé la journée ensemble pour finaliser nos propositions sur l’éducation à la sexualité.

Nous en avons profité pour poser de nombreuses questions supplémentaires à Marianne :

  • Sur la pilule : que faire en cas d’oubli ?
  • Sur les visites au gynécologue : à quelle fréquence et à partir de quand ?
  • Qu’est-ce que l’excision ?

Nous avons continué la discussion et le débat sur le rôle de genre dans les couples homosexuels, la question des « cases », le harcèlement de rue et Priscil et Olivier nous ont donné de bonnes réparties ! Nous avons abordé la question de la violence dans le couple, mais également entre parents et enfants et en avons déduit qu’il est toujours possible d’éviter la violence et que nous devons éviter l’humiliation.

Nous avons également fait un atelier sur l’estime de soi et la confiance en soi et avons défini l’estime de soi comme le fait de s’aimer soi-même et d’être fière de ce qu’on fait. Les gens qui s’estiment ont plus confiance en eux. Il ne faudrait pas se préoccuper du jugement des autres, même si c’est très compliqué ! Pour augmenter son estime de soi nous pensons important d’être bien entourés. Kylianne racontait que c’est une amie qui l’a poussée à prendre confiance en elle : il faut casser le cercle vicieux et se lancer. Il est utile d’entendre ses qualités venant des autres : on l’accepte mieux. On peut aussi se lancer des petits défis et les augmenter au fur et à mesure.

Nous avons conclu la journée en faisant la liste de nos propositions pour améliorer l’éducation à la vie affective et à la sexualité.